Alain
Anziani

Chères Mérignacaises,
chers Mérignacais,

Depuis plus de cinq ans, je rends compte régulièrement de mon mandat lors de conseils de quartier ou dans des réunions de proximité.

En 2014, l’urbanisme constituait notre premier défi. Oui, on a trop construit à Mérignac, comme d’ailleurs sur l’ensemble de l’agglomération. Mais le maire ne peut refuser un permis de construire s’il est conforme au plan local d’urbanisme adopté par la Métropole. Trois ans auront été nécessaires pour que je fasse modifier les règles. Depuis février 2017 et l’adoption de la Charte de l’urbanisme, je refuse deux fois plus de permis de construire que je n’en accorde. N’oublions pas pour autant que nous avons besoin de logements. Il faut donc encore construire mais pas n’importe où ni n’importe comment.

Le second défi était celui de la qualité de la vie, si intimement liée à la protection de l’environnement. Un neuvième parc est en cours d’aménagement, 2 300 arbres ont été plantés depuis 2014, des jardins partagés sont mis à la disposition des habitants, 27 hectares ont été ouverts à l’agriculture de proximité, les dépenses d’énergie et d’eau ont été fortement diminuées, le zéro « gaspillage » commence à devenir un objectif commun de la ville et des habitants. Cette politique écologique a été récompensée à plusieurs reprises nationalement

Il reste évidemment le défi de la circulation et du stationnement qui pèse sur toute l’agglomération. De nouvelles solutions de transport sont en cours. Mérignac disposera en 2022 d’un tramway qui desservira Mérignac Soleil et la zone de l’aéroport. Les pistes cyclables sécurisées ont fortement augmenté. Des barreaux routiers fluidifieront la circulation qui bénéficiera également de la mise à trois voies de la rocade.

Le quatrième défi consistait à ne pas décider seul, mais avec vous. J’ai animé personnellement une vingtaine de conseils de quartier par an et de multiples réunions de concertation. Le budget participatif vous a permis de proposer, puis de choisir des actions concrètes financées par la Ville.

Enfin, je devais veiller à maîtriser nos dépenses afin de ne pas augmenter la charge fiscale. Depuis dix ans, Mérignac n’a pas augmenté les taux de fiscalité. En même temps, en décembre dernier, j’ai pu également geler les tarifs municipaux des activités scolaires et des services aux personnes âgées. La justice sociale reste un marqueur de Mérignac. Et ce tout en maintenant un endettement parmi les plus bas de la Gironde.

Bien entendu, il reste encore tant à faire. Poursuivre la modernisation de nos équipements scolaires, renforcer l’offre de crèches, proposer toujours plus d’animations à nos seniors et aux familles, et rester vigilant sur la sécurité.

Ensemble, défendons cette ville que nous aimons.

Alain ANZIANI
Maire de Mérignac

Engagements tenus !

11 engagements principaux en 2014

Les soutiens